Interview - Mind Whispers - Hellfest 2019

Notre première interview de ce hellfest 2019 à été celle d’Olivier Simon, guitariste compositeur et fondateur du groupe de Mind Whispers, groupe de Death Metal Melodic voir même D’astral Death, selon ses dires ! Une musique planante qui invite au voyage !

 

Félicitation pour le nouvel album ! Est-ce que tu peux nous expliquer comment il s’est fait ?

 

Merci ! Cet album est né sur les cendres de la séparation du précédent Line Up en 2014 après la sortie de l’album Cosmic Obedience . Je suis extrêmement reconnaissant des amis, des membres de la « famille » qui sont donc Vincent « Eraziel », le chanteur du groupe, Ludovic, le pianiste, Gaspard le batteur, qui joue également dans Minushuman, Maxime qui est le guitariste compositeur du groupe également et Alexandre  notre bassiste ! C’est tous ces gens qui m’ont accordé leur confiance et avec qui on s’amuse comme des malades !

 

Les paroles de cet album, qu’est-ce qu’elles racontent ?

Alors les paroles de cet album tournent autour de la nature humaine qui est en train de s’anéantir toute seule. Elle fait référence aux entités cosmiques puisque le titre de l’album c’est Serpentarius : C’est le signe du Serpentaire, le treizième signe du zodiac, qui donc est synonyme de destruction, de mort et de dépression. Mais le destin du signe est nihiliste, par la symbolique du signe lui même qui est exactement le contraire, il représente la médecine, l'iimmortalité et la connaissance. Et nous avons adapté ce signe à l’album qui tourne autour du chaos, de l’élévation cosmique également puisqu’on fait aussi une réflexion sur les êtres supérieurs qui nous ont contrôlés jusqu’à maintenant.

On parle également du voyage astral d’un enfant. D’où le morceau "Once" qui parle de cet enfant qui regarde la terre se détruire au fur et à mesure et qui a vécu des traumatismes dans son enfance. Pour ce titre, notre chanteur c'est inspiré d'une de ses experience vécu en hopital psychiatrique quand une infirmière lui a raconté l'histoire d'un enfant né dans ce même hopital psychiatrique et conscient d'être fou et inadapté et qui lutte constament contre le suicide. Donc "Once" parle du suicide infantile et "Lightstar" parle du suicide auquel a été brutalement confronté un de nos proches.

Si on regarde la pochette de l’album on voit la face de cet enfant qui est contrôlé par des entités cosmiques.

 

Cet artwork a été très bien reçu apparemment !

Oui tout à fait, c’est la deuxième fois qu’on accorde notre confiance à Stan W.Decker qui comprend toujours où veut aller le groupe dans son artwork, dans son imagerie. C’est quelqu’un d’extraordinaire.

 

Raconter une histoire qui se suit tout au long d’un album, c’est plus inspirant ?

Alors, ce n’est pas vraiment une histoire qui se suit ! Tous les morceaux de l’album ne se suivent pas forcément. Mais en revanche ils ont tous un point commun : C’est le Chaos c’est la dépression, c’est le renfermement sur soi. C’est aussi les nouvelles technologies qui nous gouvernent. Alors que nous croyons qu’elles nous servent en fait, nous servons les nouvelles technologies. D’où le morceau "Warrior of Space" qui parle d’un guerrier de l’espace qui vient justement remettre les pendules à l’heure. Il a été écrit par Dominique Bakari, qui connaît très bien mon batteur et qui a écrit des textes extrêmement bien sentis. Tu trouveras aussi le titre "Vicious Waters" qui est sur l’album mais qui était déjà présent dans Cosmic Obedience. Il a été réenregistré avec de nouveaux arrangements qui apportent un plus incontestable à la composition et avec la voix de l’excellent Mick, de Destinity et No Return.

 

Le précèdent album date de 2013… Il y a eu un sacré trou. Qu’est ce qui s’est passé pendant tout ce temps ? T’as évoqué un changement de Line-up.

Il y a effectivement eu un changement de Line-Up et il y a eu une remise en question sur la feuille de route, sur la direction qu’on allait donner à la fois aux compositions et à la voix. Si tu prends l’album Cosmic Obedience tu te rendras compte que la voix est plus orientée vers le Death, vers le Thrash. La voix D’Eraziel Vient du Black Metal, brutal et nihiliste. Puisqu’il est le leader du groupe de Black Metal de Lorient Domination. Et il a amené un plus incontestable, en apportant de la dépression, du chagrin, de la peine, énormément d’émotions dans sa voix. Je ne vais pas citer de groupe qui utilise le même genre d’artifice, c’est pas important, mais dans sa voix on sent vraiment la peine, on sent vraiment la détresse. C’est vraiment malsain, c’est vraiment froid, c’est glacial. Et c’est ça qu’il fallait apporter à Serpentarius. C’est un album de la glaciation, l’espace il est froid, pas chaud.

 

Mais alors en aucun cas il n’avait été question d’arrêté ?

J’ai jamais eu l’intention d'arrêter Mind Whispers.

 

Vous avez sorti un album en 2009, qui s’appelle Near Death Experience Qui est le nom anglais pour "Experience de mort imminente" moi-même je m’étais beaucoup intéressé à ce phénomène. C’est quelque chose qui vous tient à cœur à toi et au groupe ?

Oui, ça me touche beaucoup que tu parles de ça. Le batteur et moi nous intéressons beaucoup à l’expérience de mort imminente. Personnellement j’en ai fait une suite à une cuite très très très violente que j’avais prise ! Je me suis senti séparé de mon corps physique et je me suis vu flotter dans ma chambre et aspiré dans un tunnel avec des voix familières qui me parlaient. Et j’ai rencontré une sorte d’être de lumière. J’en parle d’ailleurs dans le titre "Necro Dreaming" qui est sur l’album Beyond the Scarlet Opening. Et justement avec Gaspard on est très très friand de ça. On est tous conscient qu’il y a quelque chose « derrière ».

 

Cette année, beaucoup de groupes de metal ont sorti de nouveaux albums. Quel serait ton coup de cœur, si tu devais en choisir un seul ?

J’ai énormément apprécié le dernier album d’In Flames. Pour moi Björn Gelotte et Anders Fridén on fait un retour à Come Clarity et A Sense of Purpose. C’est des grands compositeurs, des grands mélodistes et j’ai énormément apprécié cet album et je ne me lasse toujours pas de l’écouter.

Il y a aussi l’album de mon copain Nils Courbaron de Sirenia. On a tourné avec eux c’était vraiment cool, c’est un groupe vraiment génial. Et puis il y a l’album des amis de Triosphere puisqu’on a été sur la même tournée avec eux, vraiment un super album, très recherché, très fouillé, si tu connais pas je te conseille fortement d’écouter.

 

Et parmi les groupes qui passent cette année au Hellfest, lequel tu ne voudrais pas rater ?

Ah bah, Kiss, Lamb of God, Dark Tranquility forcément c’est une de mes grosses influences. Demons and Wizards aussi parce que c’est vraiment un très très très grand groupe. Et évidemment Gojira ! Je serai devant c’est clair !

 

Merci beaucoup pour ce moment. Est-ce que tu as le mot de la fin pour les lecteurs de Metal Cunt ?

Oui, je vous invite à écouter Serpentarius et à voir vraiment ce qu’a fait l’alchimie de six personnes parce que Ludovic est un pianiste extraordinaire, Vincent est un chanteur extraordinaire, Maxime est un guitariste qui a énormément apporté au groupe, et la basse qui est sur l’album est vraiment très groovie, très « chewing-gum», elle va beaucoup vous plaire et Gaspard s’est vraiment démené comme un malade. On vous invite à voyager avec nous, à faire ce voyage astral et à nous suivre pour le prochain EP qu’on va sortir. Je veux aussi remercier Alexandre Saba ainsi que HK et le Vamacara Studio, Maick Caesare de Destinity et No Return ainsi que Ben Barbaud et les fans qui nous suivent depuis le début !

Et surtout, n’hésitez pas à vous jeter sur l’album que vous trouverez n’importe où !


Tags :

- Melcane