We are back !


Nous travaillons actuellement sur la mise à jour complète du site pour vous offrir une meilleure expérience utilisateur, de nouvelles fonctionnalités et bien sûr encore plus de contenu !

Lire le poste de mise à jour

Nous soutenir !

Interview - Shaârghot - Hellfest 2018

Le nom "Shaarghôt" est peut être déjà parvenu jusqu'à vos oreilles. Au cours de l'année écoulé, le groupe de metal electro industriel a su faire parler de lui, notamment en apparaissant sur l'affiche du Hellfest 2019 et en annonçant un nouvel album qui promet!

Un album qui devrait sortir très bientôt! Et c'est pour cette occasion que Metal Cunt vous ressort une interview enregistré cet été au Hellfest!

Nous avons eu la chance de rencontrer un des "shadows" qui a osé répondre à nos questions!

 

Salut, tu peux te présenter en quelques mots ?

Salut, je suis Bruno Klose, guitariste dans Shaârghot !

 

Et tu peux nous présenter le groupe ?

Tout d’abord, on a Étienne, qui est au chant et qui incarne le personnage du Shaârghot, on a Clem X à la basse, Olivier à la batterie et Scareskin qui est celui qui fait des captations vidéos, des photos live et qui est SURTOUT le souffre-douleur du Shaârghot et du groupe en entier, c’est la mascotte !

 

Vous avez récemment sorti un Ep, les retours du public sont bons ?

Eh bah on avait une petite appréhension, parce que c’est toujours difficile de sortir de nouveaux titres après le premier album. Mais oui, les retours sont bons, appuyé en plus par le clip « Break Your Body » qui a pas mal marché. On peut très clairement dire que là, on est en train de réussir !

 

Donc un public nouveau est en train d’arriver ?

Oui ! On s’en est rendu compte hier (vendredi). On a eu le temps d’aller se balader en tenue sur le fest. Et on se rend compte que les gens nous ont vu à Toulon, à Marseille, en Bretagne… Ils viennent nous voir et nous disent « hey ! Je vous est déjà vu en concert, c’était trop bien ! Vous jouez ce week-end ? » On leur répond non et ils sont déçu.

Mais ça nous a surpris parce que nous, on est dans notre bulle, on travaille et on ne voit pas que le gens adhère ! Mais ça fait vraiment plaisir.

Et pour la petite anecdote, une personne est venue nous voir et nous a dit : « j’vous ai vu ce matin et je me suis dit que vous imitiez Shaârghot… Mais en fait vous êtes Shaârghot!! » C’était assez rigolo !

 

Vous faites vos clips avec vos propres moyens, sans réel Budget ! Par quelle magie on obtient un tel résultat ?

Effectivement, il y a peu de budget parce qu’on fait contribuer les gens qui aiment Shaârghot ! Et c’est notre seul budget. Mais il est clair qu’aujourd’hui on est complètement indépendant, on n’a pas de major derrière nous. On est tout seul ! Et effectivement vous voyez qu’il y a des gens sur scène, mais ce qu’on sait moins c’est que dans l’ombre il y a beaucoup de personnes qui ont cru au projet depuis le début, il y a 3 ou 4 ans, quand le groupe n’était pas encore monté et n’était qu’un projet d’Etienne.

Notamment le réalisateur du clip, Teddy Masson, qui est là depuis le début ! ça a été très simple, il a fait notre premier clip. Bien sûr il n’y a pas eu de problème, ça a été rémunéré. Mais ça a été symbolique, parce qu’il a dit « Je crois en vous, j’aime votre univers, je veux travailler avec vous ». On a la personne qui pourra réaliser nos clips plus tard, c’est le deal de départ en fait ! Et on le voit très bien avec Break Your Body, qui a beaucoup plus de jours de tournages, beaucoup plus de moyens. Et j’en profite pour remercier les gens qui ont participé au financement de ce clip, je pense qu’ils sont tous content d’avoir mis un peu de leur argent parce que depuis le mois de mars (2018), le vidéo a plus de 10 000 vues sur Youtube ! On ne triche pas, on a mis l’argent qu’on nous a donné, et on a mis un peu plus de notre poche pour avoir un résultat qui dépasse clairement ce qu’on avait imaginé !

 

Pour continuer là-dessus, dans certains clips, il y a de drôles de babioles, comme par exemple le masque que porte Etienne dans Human Is Jaws. Qui fabrique ces objets ?

Il faut savoir qu’on fabrique tout nous-même, tous les personnages ont été fabriqué par nos mains ! Etienne a fabriqué son personnage ses accessoires, moi j’ai fabriqué toute ma tenue… Bref, on fait TOUT nous-même et quelque part c’est bien parce que comme ça, sur scène : c’est nous.

C’est une partie de nous qui n’est pas connu, qu’on retranspose dans notre côté scénique, qui fait qu’on est en totale fusion avec notre personnage sur scène. Et si un designer venait, il aurait beaucoup de travail… Parce qu’il va recommencer BEAUCOUP de fois. Donc c’est mieux qu’on le fasse nous-même, et je pense que ça ne changera jamais, je pense qu’on apportera un prototype en disant « voilà, maintenant on veut ça mais tu nous le fais vachement plus pratique pour la scène » Parce qu’aujourd’hui, c’est vrai je te l’accorde, ce qu’on fait c’est beau mais c’est presque une torture pour la scène

 

Dans chaque clip et chaque concert vous êtes maquillé tout en noir… Ça doit être une galère sans non pour se maquiller, et en plus, pour se démaquiller !

… Eh ben voilà ! La réponse est dans ta question. Se préparer c’est très bien ! Mais enlever pour être présentable ensuite… C’est autre chose. Parce qu’on reprend la route après. Donc on est souvent un peu gris le lendemain d’un concert, mais c’est pas grave puisqu’on a passé une super soirée !

Ça reste quand même assez difficile et c’est très fatigant, on ne se rend pas compte que de se maquiller comme ça c’est assez extrême.

 

Mais c’est quel genre de maquillage d’ailleurs ?

Alors, on est des humains, donc on réagit différemment au produit qu’on peut se mettre sur la peau ! Donc Etienne a un maquillage très gras… ça ne part pas sous la douche, il met deux heures avant d’atteindre un niveau de gris ! Moi, j’ai la chance de ne pas supporter le gras, alors je mets un truc plus sec mais qui est radioactif (rire) donc bon. C’est un produit en bombe, d’où le côté mat alors que les autres shadows sont plus brillants.

 

Vous avez toute une histoire autour du groupe, c’est vous qui l’avez créé ?

C’est Etienne qui détient les clefs de l’histoire, c’est son univers, c’est dans sa tête ! Même nous on découvre au fur et à mesure, il ne veut pas nous dévoiler toute l’histoire, quelque part c’est bien parce que comme ça on découvre et on garde une énergie vis à vis des cartes qu’il va abattre. C’est stimulant ! En tout cas, pour le dernier clip Break Your Body il a fallu me traîner pour me le montrer ! Je ne voulais pas le voir avant la première diffusion officielle. Parce que j’ai tourné des scènes sans savoir ce que je faisais, mais je ne voulais absolument pas voir ce qui ce passait dans le clip et je voulais le découvrir comme tout le monde. J’ai envie de garder cette spontanéité qui fait que tu es tout le temps dans un état second en voyant les images. Donc bon, on m’a traîné pour le regarder…

Mais Etienne : j’ai fermé les yeux, je n’avais rien vu !

 

Vu que vous avez votre univers et une histoire, est ce que vous avez prévus de vous diriger vers su court ou du long métrage ?

Alors c’est une bonne question, et c’est marrant parce que depuis la sortie du clip de break your Body ça revient beaucoup! Alors, en fait heu… Je vais pas dire non, mais déjà l’univers visuel avec le volume 1 l’ep puis le nouvel Album qui va arriver : c’est très BD. Donc on va plutôt diffuser quelques infos sur l’univers Shaarghot à travers une BD, qui est en projet ! Peut être qu’elle ce réalisera, peut être pas, mais on fait tout pour qu’au niveau même des albums on puisse commencer à voir que l’univers graphique, c’est pas une photo, mais c’est un dessin. Et comme je te le disait déjà tout à l’heure, il y a pleins de personnes qui y ont cru dès le début et tout notre visuel c’est fait par une jeune femme qui s’appelle Lyan. Et que ça soit les stickers, que ce soit les EP ou les albums c’est Lyan qui dessine tout à la mains. C’est une artiste qui a enormement de talent et qui a un univers très éclectique et qui sait très bien s’adapter quand elle aime un projet !

 

Pour ce qui est de l’instru, on sent une inspi de certains groupes de metal Indus’ notamment Rammstein, mais est ce qu’il y a d’autres inspiration peut être un peu plus improbable ?

Improbable? Non, on a tous un peu notre coeur avec punish Yourself, Rob Zombie ou Ministry. Et là je vais rebondir : On est très content parce qu’hier on a eu la confirmation qu’on allait faire la première partie du concert de ministry à Paris à l’élysée Montmartre. (Concert qui a eu lieu le Vendredi 13 Juillet 2018)

 

C’est un beau cadeau ça ?

C’est un beau cadeau ! Surtout de l’apprendre en plein Hellfest ! On est super content parce que Ministry c’est quand même un groupe très important pour nous !

 

Les paroles de vos chansons, qu’est ce qu’elles racontent?

Elle raconte tout simplement l’histoire de Shaârghot, l’expérience qui tourne mal, qui donne cette couleur de peau, qui est une pigmentation spéciale, qui fait ressortir le côté sombre de chaque personne, parce qu’on a tous un jardin secret et a un moment donné, ce jardin, il peut ressortir, dans un état second. Le produit injecté fait en sorte que ce côté sombre ressort. Et chaque titre décrit ce côté un peu sombre, cette experience et essaye de fédérer un plus grand nombre en disant : Laissez vous allez, oubliez votre quotidien et éclatez vous ! Et tu peux devenir un « shadow » rien qu’en te laissant allez pendant les concerts. De plus en plus, nous, on vois des gens au concerts qui arrivent en noir, parce qu’ils ont envie d’adhérer.

 

Toi qui aime le Post Apo, est ce que l’ambiance du camping te conviens ?

Ah bah ça tombe mal je suis en gîte (rire). Mais je sais pas si dans un monde post apo, on gueule « APERROOOOO »

 

Merci beaucoup, tu as le dernier mot

Déjà merci à toi, et longue vie au Hellfest

 

A l'heure actuelle, différents extraits audio de leur prochain album sont posté sur leur page facebook, que nous vous invitons naturellement à allez voir. Ils ont financer leur future clip via Ulule... Et on a hâte de voir le résultat!

 


Tags :

- Melcane